Beaucoup de bruit pour rien

Posté par kahasane le 16 mai 2014

 

Je fais partie de ces gens qui ont beaucoup applaudi la nouvelle administration du Ministère de l’Education et leurs actions,

Je fais partie des gens qui ont pensé que tout était mieux que ces défaillances qui prévalaient depuis quelques temps, tout sauf l’immobilisme du précédent Ministre, bref j’étais euphorique.

Je fais partie de ces gens qui pensaient que la venue d’une nouvelle équipe  vigoureuse, audacieuses, bousculant un peu les vieilles habitudes allait sauver ce ministère,

J’ai fait partie, je l’avoue, de leurs fervents défenseurs ;

J’ai fait partie de ces gens qui ont applaudi certaines mesure phares, le licenciement de ceux qui ont abandonné leur poste, le débusquage de ceux qui pendant des années, s’occupaient de leurs divers commerces, tout en restant salariés, les descentes fracassantes dans certaines écoles devenues des zones de non-droit.

J’ai fait partie de ceux qui ont applaudi certaines actions non déontologiques, conformes à aucune loi, ni texte, je fais partie de ceux qui ont accepté le non-droit pour la bonne cause,

J’ai fait partie de ceux qui ont cru aux discours enflammés, je fais partie de ceux qui ont cru y voir  de la passion, une envie de remettre sur pied une institution chancelante.

Je fais partie de ces gens qui ont applaudi quand on s’est posé des questions sur l’utilisation des fonds de l’ACSES, c’est vrai, je n’accuse personne mais cette opacité n’était pas souhaitable.

J’ai fait partie des gens qui n’étaient pas très heureux des nominations, mais qui ont tempéré leur déception, en se disant pourquoi pas, si les technocrates éclairés ont laissé cet héritage, pourquoi ne pas donner leur chance à d’autres, moins brillants, moins expérimentés, mais insufflant du sang neuf à cette institution moribonde ;

Je fais partie de ces gens qui ont attendu, pensant que tout ce tintamarre dont tous les djiboutiens se gargarisaient, allait être suivi de quelque chose de plus durable.

Je fais partie de ceux qui ont donc attendu en vain, et qui comme la sœur Anne dans le conte de Barbe-bleu ne voient rien venir à l’horizon.

Je fais partie de ceux qui pensent que la cohérence de la politique éducative qui était déjà mal en point, a fini par se perdre dans les méandres d’un ministère déboussolé, en emportant avec elle, l’efficacité et la continuité , et ce sur  l’ensemble du pays.

Je fais partie de ces gens qui ont compris un peu, tard, je l’avoue, il arrive que notre bon sens se mette en veille,  je reconnais mes torts.

Je fais partie de ces gens qui auraient voulu entendre une seule fois quelqu’un s’inquiéter de l’encadrement des enseignants, de la qualité des enseignements et des manuels scolaires. La qualité de l’enseignant est la chose la plus importante dans le système éducatif ; elle a un impact sur les performances des élèves, et au final, tous nos efforts ne devraient  tendre que vers ce résultat.

Je fais partie de ces gens qui pensent que les résultats scolaires qui baissent, chaque baccalauréat et chaque BEF nous montrent le niveau catastrophique de nos élèves devraient nous alerter sur l’efficacité pédagogique des enseignements fournis, la manière dont ils sont fournis, et tous nos efforts devraient tendre vers le redressement de cette situation et rien d’autre.

Je fais partie de ces gens qui pensent qu’on devrait engager la réflexion autour de ce thème. Il faut se dire la vérité, aujourd’hui un jeune bachelier, ne parle pas français,  et malheureusement aucune autre langue, ils ont du mal à produire une phrase correcte dans leur langue d’instruction, d’ailleurs, c’est bien que la francophonie n’ait pas été célébrée, le français, nous ne le parlons plus. Le bachelier djiboutien a du mal à écrire aussi, il n’a pas de culture générale, pas de notions d’histoire, ni de géographie.

Je fais partie de ces gens qui se demandent où s’inscrit donc la lutte contre l’échec scolaire. Ceux qui ont de l’argent ont fui l’école publique, les autres ont trouvé des solutions à mi-chemin, bourrant leurs enfants dans les écoles de soutien. Les établissements publics qu’on fuit et les privés vers lesquels on se rue ont les mêmes enseignants, il est temps peut-être de se poser des questions.

 

Je fais partie de ces gens qui pensent que   l’essentiel devrait résider  dans l’amélioration des programmes, des collèges et lycées tournés vers la création d’un environnement propice à l’épanouissement  de leurs élèves et travaillant en parfaite harmonie avec les équipes pédagogiques (ce n’est pas un rêve). Ce ne sont pas que des mots mais des choses réalisables. Beaucoup d’enseignants sont encore le maillon faible de l’éducation, un groupe de gens qu’il faut reprendre en main et tout le monde s’entend sur cela (inspecteurs, conseillers pédagogiques et chefs d’établissements). Leur absentéisme chronique, leur manque de sérieux et d’implication et leur peu de rendement sont les éléments qui tirent tout le système vers le bas. Et toutes les descentes fracassantes,  n’ont pas servi à juguler ce phénomène.

Je fais partie de ces gens qui croient que les membres d’une  haute administration devraient prendre le temps de s’asseoir, on ne dirige pas un tel ministère débout, avec des actions au lance pierre qui n’ont que le temps de naître et de mourir sans qu’on ait pu mesurer leur impact.

Je fais partie de ces gens qui ne s’y retrouvent plus dans  ce bouleversement de hiérarchie, dans  ce télescopage des tâches, dans cette anarchie ambiante, je fais partie de ces gens qui cherchent encore des notes de service, de procès-verbaux, de rapports, du courrier, et qui sont un peu perdus dans cette oralité où tout se fait par des coups de fil.

Je fais partie de ces gens qui pensent que le service du personnel chargé de la gestion du personnel devrait s’occuper du personnel, c’est vrai, j’ai parlé plus haut des enseignants mais dans ce groupe, il y a des bons enseignants, ils ont baissé les bras : Dans les collèges et les lycées, la seule punition à laquelle fait face un enseignant laxiste et absentéiste est de se faire muter dans un autre collège où il va ruiner les perspectives de centaines d’autres élèves ou il se verra décharger des classes d’examen. Et c’est le sérieux qui se retrouva surchargé de travail, à sa place.  Les promotions farfelues, faites sur des raisons qu’il ne me parait pas utile d’étaler ici, ont aussi réduit à néant les perspectives d’avenir de beaucoup de gens.

Je fais partie ces gens, toujours optimiste, qui essaient de chercher les quelques bonnes mesures comme une aiguille dans une botte de foin, et qui ont du mal à en trouver, et même s’il y en a eu, comme les évaluations des établissements scolaires, mais qui savent que ces évaluations ne seront utiles que si elles sont exploitées et dans la plus grande équité,

Je fais partie de ces gens qui pensaient qu’il y aurait une réflexion autour de  l’orientation des élèves, que ce ne serait pas juste des services fantômes qu’on ne voit que sur le papier

Je fais partie de ces gens qui voient toujours autant de professeurs dans autant de cours de soutien, délaissant ainsi le travail pour lequel ils sont payés.

.

Je fais partie de ces gens qui pensent qu’on ne devrait pas abandonner les établissements  privés à leur propre sort car une grande partie de nos concitoyens envoient leurs enfants dans des établissements dont personne n’a vraiment le contrôle,

Je fais partie de ces gens qui pensent qu’on  a fait beaucoup de bruit pour rien pour paraphraser Shakespeare, et qu’on n’a réussi qu’à accumuler ressentiment, rancœur, et rages au sein du ministère, que les rares personnes qui avaient un certain amour pour ce métier sont entrain de baisser les bras et regardent  cette vénérable institution qui d’ailleurs commence elle-même à se demander ce qu’elle a bien faire pour mériter autant de calamités, en si peu de temps

Je fais partie de ces gens qui pensent que toutes ces gesticulations ne sont qu’une manière de cacher un profond désarroi, face à l’ampleur de la tâche, ce qui d’ailleurs ne trompe personne.

Je fais partie de ces gens  qui pensaient que nos hauts responsables partageaient cette vision de l’éducation comme tremplin  au développement humain, ces errements constants sont un frein à ce développement.

Je fais partie de ces gens qui se demandent où est passé la stabilité des équipes pédagogiques et éducatives, équipes pédagogiques au-dessus desquelles  est apparemment suspendue une épée de Damoclès dont la seule utilité jusqu’à présent est qu’elle a gelé toute activité chez ces gens, qui se demandent à quelle sauce ils vont être mangés,

Je fais partie de ces gens qui pensent que ce n’est pas en papillonnant d’établissement en établissement qu’on peut faire avancer les choses mais en restant dans son bureau et en exigeant des rapports sur les activités de chacun, chef d’établissement, CP, inspecteurs, chefs de service, etc. La mobilité n’est pas une qualité chez une équipe dirigeante. Je fais partie de ces gens qui pensent qu’il y a longtemps, que l’élève, personnage central du dispositif éducatif, est sorti du champ de vision, de nos responsables,

Je fais partie de ces gens qui doutent de l’impact de toutes ces actions hautement médiatisées. Ces visites impromptues seraient efficaces si les anomalies constatées étaient suivies d’actes.

Je fais partie de ces gens qui trouvent qu’il y a beaucoup de mouvements au ministère, beaucoup de réunions, beaucoup de choses, mais au final, rien n’a changé. Les projets d’établissements sont inexistants, les manuels du centre d’édition sont toujours aussi truffés de fautes et d’approximation et démontre l’amateurisme de ceux chargés de concevoir les programmes.

Je fais partie de ceux qui sont persuadés que la réussite éducative n’est pas l’objectif de cette administration, les initiatives sont en pannes, les parents, grands coupables qu’on ne voit qu’en fin d’année quand leur progéniture se retrouve exclu de leur classe, ne sont jamais concertés. D’ailleurs, il n’y a pas d’association de parents.

Je fais partie de ceux  qui trouvent dommage qu’on ait  préféré la visibilité à l’efficacité,  l’esbroufe à la compétence,

 

Tout ceci sera un jour fini, par contre, je plains tous ceux qui ont participé à cette mascarade sans en être l’auteur, ceux qui se sont prêtés au jeu,  sans en avoir été les instigateurs, ceux qui tel un caméléon, se sont adaptés à la situation, sans que cela les dérange, ceux qui n’ont pas tenu compte du temps qui passe et de la volatilité des choses, ceux-là y laisseront plus de plumes sans avoir vraiment rien gagné.

Je fais partie de ces gens qui n’absolvent  personne, nous sommes tous coupables, nous avons tous failli à notre tâche, les responsabilités sont partagées. Le Ministère de l’Education est un Ministère difficile, très peu de pays sont contents de leur système éducatif, mais il ne faut pas aggraver des situations déjà catastrophiques par de l’amateurisme, en jetant aux orties le peu de professionnalisme qui subsistait encore.

 

Je fais partie de ces gens qui devraient tourner le dos à ce maudit ministère et s’en éloigner.

 

 

Lechoixdelasimplicite |
Enchemin11 |
Que permet l'environne... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changersavie
| Lapilulerouge
| Petiteppsblog