4ème mandat ou nouveau mandat?

Posté par kahasane le 21 janvier 2016

Enfin les choses se clarifient, (elles ont toujours été claires pour la plupart de gens)    la campagne va démarrer, pas d’opposants en vue,  quelques noms circulent, mais rien qui fasse peur à l’establishment. Néanmoins,  d’ici trois mois, tout peut changer,

Un 4ème mandat, certains préfèrent dire un nouveau mandat, le choix des mots est important, que va changer  ce quatrième mandat  exactement ?

On parle beaucoup de projets, de chantiers,  de réalisations et c’est vrai, qu’il y en a, ils sont nombreux, et  certainement, créateurs d’emplois, on l’espère en tout cas.  Mais moi, personnellement, égoïstement, en ramenant tout à moi, je me demande en quoi les réalisations vont  changer ma vie ? C’est vrai quelque part, la bonne santé économique du pays  rejaillira sur d’autres secteurs, mais je ne suis pas commerçante ni femmes d’affaires, ni restauratrice,   En  tant que fonctionnaire, ce qui m’intéresserait et le discours que j’aimerais entendre, est celui qui  concerne la santé, bien sûr, une sorte de CMU  a été créée, et les Djiboutiens se ruent vers AL Rahma, mais cette entreprise  ne constitue pas le système de santé pour lequel je paie tant, les djiboutiens, ravis au départ de cette prise en charge complète ont vite déchanté. Donc on est   obligé de se rabattre sur le privé et de payer, donc quelle solution ? A quoi les charges que je paye chaque mois  servent? L’idéal  serait que l’hopital Peltier revienne à la vie,  qu’il soit equipé avec du matériel qui marche, et qu’il soit confié à des gens compétents, surtout maintenant que tant de jeunes Djiboutiens, reviennent ou vont revenir, avec des diplômes de docteur en médecine,

L’autre discours qui m’intéresserait c’est celui qui concerne l’éducation. Si  on a fui l’école publique, il y a certainement des raisons et il faut chercher ces raisons. Ceux qui ont le plus fui sont ceux qui y travaillent, c’est comme si quelqu’un refusait de manger les plats du restaurant où il travaille, on s’en s’inquiéterait.

Pourtant le budget alloué à ce ministère  est colossal, la création d’une maison d’édition, pour la production de manuels fabriqués chez nous, à l’origine une bonne idée, un centre de formation pour les enseignants,  autre bonne idée,  mais il y a toujours un hic, on dépense beaucoup pour la réhabilitation  des écoles et collèges, malheureusement, tout cela ne constitue que des morceaux de puzzle, qui ne sont pas bien imbriqués,  Nous avons besoin de faire revenir les Djiboutiens vers leur école publique, cela devrait être un défi.

D’autres choses m’interpellent, la corruption, comme tant de djiboutiens, elle me dérange, car elle est un frein au développement, elle donne une mauvaise image de notre pays, elle trompe les générations futures, en leur faisant croire, que s’enrichir sur le dos de ses concitoyens est la norme alors qu’elle ne devrait être que l’exception. On a crée des entités, j’ai entendu cela à la télévison, j’ai entendu ici ou là des propositions, mais  ce n’est pas sorcier, nous ne sommes pas  encore arrivés, je crois, au stade on cache l’argent volé, dans les iles Caimans ou ailleurs. Pourquoi ne pas demander une publication des revenus et des biens que chaque personne possède avant d’entrer dans une haute fonction,  comment peut-on confier autant à des personnes sans audit, sans surveillance?

Un peu plus de moralité dans la vie publique ? pas mal, à mon avis, si son se penchait sur cet aspect là. Moins de conflit d’interêt?

J’aimerais qu’on s’attelle  aussi au problème du transport qui pourrit la vie d’une grande majorité de djiboutiens. Aujourd’hui les cours dans les collèges et lycées commencent systématiquement avec du retard  la première heure, et c’est même devenu l’excuse de tous les resquilleurs, « Impossible d’avoir un bus », une solution pour un  ramassage scolaire dans les zones les plus éloignées, une solution de respect de la carte scolaire, je sais que ce n’est pas facile, mais pourquoi a-t-on construit des collèges et lycées dans des zones résidentielles où les gens envoient systématiquement leurs enfants dans le privé ? (lycée de Gabode, CEM de GABODE1, Gabode 4), un peu plus de vision dans la construction des écoles , réduirait le nombre d’ usagers des transports publics.

Voilà des choses auxquelles je pense, moi et beaucoup d’autres.

J’aimerais une décentralisation effective, de manière à ce que nos régions se remettent à vivre, il n’y a pas de vie en dehors de Djibouti.

J’ai d’autres rêves mais ils sont trop utopistes pour les mentionner.

 

 

,

 

Lechoixdelasimplicite |
Enchemin11 |
Que permet l'environne... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changersavie
| Lapilulerouge
| Petiteppsblog