remaniement

Posté par kahasane le 9 mai 2016

On n’a pas envie de trop s’intéresser à ce remaniement qui pointe son nez, mais plus cela approche plus on se surprend à attendre, pourtant on est assez désabusé,
D’un autre côté, ces gens qui seront nommés auront des répercussions sur nos vies, celles de nos proches et sur tout le pays, et on ne peut rester complètement détaché,
Et puis une fois nommés, ils restent longtemps, trop longtemps au gout de la plupart de nos concitoyens, non pas qu’on voudrait qu’ils deviennent jetables comme des Kleenex, mais s’ils durent, ce n’est pas bon, ils ont tendance à se croire intouchables et s’approprient le poste
On ne va pas éreinter le gouvernement qui était en place mais à part quelques noms, c’était le pire qu’on ait eu, depuis les temps modernes, c’est-à-dire depuis 1999.
Je suis un peu méchante peut-être, mais en même temps, la plupart d’entre eux n’auraient pas parié sur leur avenir ministériel, donc quelque part, ils comprendront nos critiques.
Il y a trois ou quatre ou même cinq dont on souhaiterait le retour, ils ont été professionnels, ont pris leur rôle au sérieux, je pense qu’ils incarnaient bien le poste qu’ils occupaient
Certains ont réellement bien travaillé, et leur présence a fait la différence dans le département dont ils avaient la charge
Il y a ceux qui sont restés dans leur rôle de technocrate froid et détaché, sans se départir de cette posture, Dans un pays, où ministres et partis sont si liés, ils paraissent déplacés.
Il y a les hurluberlus, ayant commis beaucoup de maladresses, mais en même temps, ce n’était pas de leur faute. Jusqu’à aujourd’hui on se demande ce qui a motivé leur nomination, ils ont fait gaffes sur gaffes, mais on ne leur en voudra pas,
Il y a ceux qui sont tellement effacés qu’on oublie leur existence, leur ministère sont en pilotage automatique, ils n’ont marqué ni leur département ni les esprits,
Il y a les gentils, on les aime bien, mais on aimerait qu’ils rentrent chez eux s’occuper de leur famille, maintenant qu’ils ont de quoi voir venir,
Il y a ceux qui ont manqué de courage, qui ne sont pas battus pour que leur ministère rayonne alors qu’ils le pouvaient, qui ont choisi la facilité et se sont contenté des avantages du poste, qui ne se sont pas impliqués, qui n’y ont pas cru,
Il y a ceux qui tel Attila ont tout détruit systématique, et qui ont divisé nos concitoyens, qui nous ont éloignés les uns des autres, qui nous ont appris à être méfiants, ceux qui sont venu avec des desseins inavouables et ont dans la foulée fait des dégâts humains et intellectuels qui mettront des années à disparaitre, ceux là aussi, on aimerait qu’ils se reposent, trop de surmenage, et même pour eux ce n’est pas bon,
Il y a ceux qui ont essayé au début mais qui ont du mal à lutter contre les forces d’inertie, il y a ceux qui ont lâché trop vite, et ont préféré parader,
Il y a ceux qui n’ont jamais servi, ce n’est pas de leur faute, certains ministres sont entourés de poids lourds, dans l’ombre desquels, personne ne peut s’épanouir, ni même exister,
Il y a ceux qui ont été aussi folkloriques que leur noms, et qu’on se dépêchera d’oublier s’ils ne reviennent pas car la comédie peut durer, aussi,
Aujourd’hui on peut choisir d’entrer dans une nouvelle ère, se départir du passé et de ses errements. On peut se dire qu’on peut avoir des ministres plus professionnels, avec des feuilles de route, et des projets à mettre en place et mener à bien, on peut exiger des résultats, et sinon, remercier, ceux qui ont failli sans attendre des échéances électorales

On peut s’attaquer à la corruption, véritable grangrène qui ronge notre pays, on peut espérer que cette nouvelle entité de lutte créée ait les pleins pouvoirs, et qu’elle soit efficace, La corruption ne peut proliférer que dans un environnement où les institutions ne sont pas trop solides, surtout la justice. Donc sa lutte passera par des lois et leur application systématique.
On peut se dire que les conflits d’intérêts, les cousins ou frères qui tout d’un coup se découvrent la fibre commerçante dès qu’un proche accède au pouvoir, les magouilles, les gonflements des factures, toute cette corruption qui entourent les marchés publics, véritable plaie, appartiendra bientôt au passé.
On peut se dire qu’on contrôlera les appels d’offres et qu’on y mettra plus de clarté,
On peut espérer sortir de l’impunité, du tribalisme, on peut rêver d’une certaine responsabilisation et maturité de ceux auxquels sont confiées les affaires de l’Etat, On peut juger ces responsables sur leurs performances,
Mais quelque chose, une petite voix me dit au fond de moi, « rêve toujours ».

 

Lechoixdelasimplicite |
Enchemin11 |
Que permet l'environne... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changersavie
| Lapilulerouge
| Petiteppsblog